Tout au long des phases d’élaboration et de réalisation des travaux du chantier de la LGV, un dialogue inclusif et enrichissant a été développé avec les différents acteurs locaux: élus, autorités territoriales et populations riveraines.

L’ONCF n’a ménagé aucun effort pour éviter l’effet rupture que la LGV pourrait provoquer en réduisant son impact sur le quotidien des riverains et leurs habitudes.

D’abord, l’optimisation du tracé de la ligne a permis de contourner, autant que possible, les principales zones habitées et de jouxter l’autoroute sur 70 km.  Ensuite pour permettre le déplacement de part et d’autre de la voie, 150 ouvrages de franchissement ont été réalisés le long de la ligne. Le choix de l’emplacement et de la nature de ces ouvrages a été effectué en commun accord avec les acteurs locaux.

Par ailleurs, des calculs de niveaux sonores ont été réalisés pour déterminer les secteurs où les protections acoustiques sont nécessaires. Ainsi, des merlons ont été construits à partir de matériaux issus du chantier et des écrans antibruits ont été posés dans les zones concernées.

Enfin, et dans l’objectif d’accompagner socialement les populations directement concernées par le tracé, l’ONCF a consacré près de 90 MDH à divers aménagements : écoles, dispensaires, terrains de foot, crèches, foyer féminin,…

LGV Tanger–Casablanca "Au cœur d’un projet titanesque" / Ep07 (Actions Sociales)

2:22
LGV Tanger–Casablanca