Dès les premières études de conception du projet, tout a été mis en œuvre pour intégrer pleinement la sauvegarde des équilibres naturels.

L’objectif, ici, est de concevoir une ligne respectueuse de la faune et de la flore, donnant une importance essentielle à la conservation de ces équilibres dans les zones les plus sensibles du tracé.

Plusieurs actions ont été menées dans ce sens, notamment :

  • L’étude préalable détaillée sur la biodiversité des trois Sites d’Intérêt Biologique et Écologique (SIBE) traversés par le projet: le marais de Loukkos, l’estuaire de Tahaddart et la forêt de Khmis Sahel. Cette étude servira de référence comparative des états de ces sites, avant et après la mise en service de la LGV.
  • L’engagement de l’ONCF auprès du Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et la lutte contre la désertification pour le reboisement de 2.100 ha de forêts contre 130 ha déboisés.
  • La réalisation de viaducs et ouvrages hydrauliques de type dalots pour sauvegarder la qualité des cours d’eau.